Vers une plus large consommation du Riz 100% Camerounais

📅 January 30, 2021

⏱️3 min de lecture

Une nation ne grandit que si elle se nourrit de ses propres fruits. Il faut le dire, parce que force est de constater qu'une bonne partie des camerounais préfère consommer du made in « ailleurs ».

Le Cameroun est une terre bénie et les Camerounais sont travailleurs, entreprenants, surtout au niveau de l’agriculture et de l’industrie alimentaire. Les produits camerounais devraient être des top sellers; or il s’avère que 803 505 tonnes de riz ont été importées au Cameroun en 2019. Alors que plusieurs marques de riz made in Cameroon sont présentes sur le marché à savoir : Ndop Rice, le Riz parfumé Nouria, le Riz complet de Tonga, pour ne citer que celles-ci.

Mais ce n’est pas le plus triste car le 5 juin 2020, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul MOTAZE a signé une note qui informe que 200 000 tonnes de riz seraient importées en franchise de droit de douane afin de constituer un stock dit de sécurité et de pouvoir ainsi répondre à la demande durant tout le reste de l’année 2020.

Le marché du riz est très vaste et nous gagnerions à mobiliser nos ressources pour la production de cette denrée. Il faudrait apporter un soutien massif aux producteurs de riz 100% camerounais et à cet effet nous devrions commencer à consommer nous-même ce riz. Mais comment parvenir à cet exploit? Oui, exploit lorsqu’on sait qu’en 2020, la Société d’Expansion et de Modernisation de la Riziculture de Yagoua (SEMRY), s’est érigée exportatrice de riz vers le Nigéria.

C’est donc à des prix défiant toute concurrence que d’importantes quantités de ce riz sont exportées chez nos chers voisins au détriment de la population camerounaise qui doit payer au prix fort la consommation du riz made in Cameroon 🇨🇲. C’est terriblement décevant quand on réalise qu’en 2018 cette même SEMRY s’engageait à répondre au tiers de la demande nationale de riz et ce grâce aux importantes subventions de l’État.

Parlons maintenant de la visibilité et de l’accessibilité de ces produits camerounais dans nos surfaces, grandes, moyennes ou petites. Personnellement je n’ai pas encore vu de riz camerounais dans la boutique la plus proche “au quartier”. Et tout ceci contribue à ce que les camerounais s’orientent vers des marques étrangères.

La communication autour d’une marque joue beaucoup sur sa consommation, pas besoin de trop s’étendre sur les effets d’une bonne publicité. Les médias ont aussi leur partition à jouer pour soutenir le made in Cameroon. Malheureusement plusieurs producteurs n’utilisent pas les bons canaux actuels pour faire connaître leur produit. Le pire c’est qu'un adepte du made in Cameroon doit souvent trimer longtemps afin de trouver le produit qu’il recherche.

Qualité/Prix

Pour ce qui est de la qualité et du prix, il faut dire que notre industrie agro alimentaire n’est pas en marge de toutes les dérives qui sont l’apanage des autres marques importées. Le made in Cameroon serait même peut-être plus fragilisé par cette dure réalité du marché. D’après une étude intitulée « Instabilité du prix des produits vivriers et sécurité alimentaire urbaine au Cameroun » menée en 2003 pour le Centre de Coopération Interrégionale en Recherche Agronomique pour le Développement par Ludovic Temple et Sandrine Dury, le riz serait l’un des trois produits vivriers n’ayant connu que des hausses de prix depuis 1993.

Il y a encore beaucoup à faire dans la valorisation du made in Cameroon et plus particulièrement de notre riz. Cela semble exagéré de lier riz et patriotisme mais vu le contexte actuel et la nécessité de développer notre industrie agro-alimentaire, il faut interpeller tout un chacun sur sa consommation. Appeler à une prise de conscience et exhorter les uns et les autres au sacrifice pour la prospérité de notre pays.

Article rédigé par GOUAYAP Léonce